Rencontre avec les assistants de langues de Nevers,2017-2018


À  Nevers, il n’est pas rare de faire des rencontres inattendues, grâce à l’activité « Langues de chat ». Nous, les volontaires SVE de la Ville de Nevers, avons fait des rencontres extraordinaires que nous n’allons pas oublier : des jeunes venus de différents pays du monde pour étudier ou pour des stages…

Et il y a aussi comme chaque année, les assistants de langues accueillis par les lycées de Nevers.

Qui sont les assistants de  langues à Nevers, cette année ?

Il n’est pas difficile de reconnaître les nouvelles têtes à Nevers. Rencontre avec :

Julia et Ali => Etats-Unis / Christina et Lena  => Allemagne

Antonio => Colombie   / Samantha => Angleterre

Interview with: languages assistants

First of all, what does it mean exactly being a language assistant?

Sam: You role as a language assistant is to travel abroad and share your culture and linguistic knowledge of your native country with student of different ages around the world.

Lena: For 12 hour per week, we assist teachers who teach our mother tongue, this includes German preparation and fun activities like games

Christina : As a language assistant you are an ambassador of your country. Your purpose is to interest students in other countries in your language and your culture. Ideally, you add authenticity to the foreign language classroom as the students can experience the culture and language of a foreign country with you and through you and in the best case scenario you motivate them to improve their foreign language proficiency and their connection to your country.

Having a language assistant is also a benefit for the French teachers of a foreign language because they get to speak the foreign language on a higher level than the one possible with most of their students. This in turn benefits the students.

The assistants, too, profit from this experience because they have the opportunity to gain deeper insight into the foreign country and its culture as well as the opportunity to improve their language proficiency. It is a win-win situation for everyone.

Antonio : In a few words, to be a language assistant means to represent your language, country and culture. Personally, I think people become language assistant due to their own sense of determination to teach something through their native language

Ali : I teach English to students ages 5-12 in Château-Chinon, I prepare lessons for each class each week and lead the class. I would say I am the English teacher for many classes in Château-Chinon because the teachers let me take over the class!


Julia: As a language assistant, I work 12 hours a week at local schools (Lycée Jules Renard and Collège Adam Billaut) presenting lessons on the English language and American culture. I also assist teachers by supplementing their lessons with games or activities for their students. As an assistant I am not responsible for entire classes, but work with small groups of students at a time.

How does your week look like?

Lena: I work from Monday to Thursday. During the weekends, I travel, I prepare my lessons or I meet other assistants.

Sam: As a language assistant, you must work 12 hours per week in 1-3 different establishments (from nursery to secondary school: 5-18 years old).Sometimes, you simply “assist” the regular teacher with their lessons , and other times, you take small group or half of the class and do a separate lesson with them .

Christina: My week is not very stressful. I work Monday through Thursday at three different lycées and I only work twelve hours per week which leaves enough time to hang out with friends, explore France, exercise, work on my French and enjoy French cuisine and cinematography. I also try to keep in touch with family and friends on a regular basis.

Antonio : I work 12 hours per week with the Spanish teacher. However, I spend more than 5 hours with my lessons planning. So my week is almost a kind of part time job where I create games for the students for learning my language.

Ali : I work in Château-Chinon Monday-Thursday and take the bus in the morning and evening to commute. It’s far !

On the weekends I spend my time with people in Nevers or often will travel !

Julia: My schedule is very manageable as I work three hours a day Monday-Thursday. I work at Jules Renard Monday, Tuesday, and Thursday and at Adam Billaut on Wednesday mornings. On Tuesdays, in addition to teaching regular lessons, I also offer a remediation session at the Jules Renard dorms for students who need help outside of class. I work most mornings and spend my afternoon’s lesson planning or offering private lessons.

Is it difficult for you to find activities here?

Sam: I lived in a relatively big city in the UK, so at first, it was difficult to find activities, especially during the summer holidays. I found “Langues de chat” pretty by chance and that allowed me to make friends and find activities to do.

Lena: no, once I found “Langues de chat”, it was quite easy J

Christina : Nevers is surely not the biggest city but I find it charming and it does offer several enriching activities. I believe, however, what matters most are the people and thanks to the assistant program and to “Langues de chat” I have encountered some wonderful people with whom I enjoy spending time.


Antonio : Maybe I have difficulties to find activities which I usually do in my country. But this is not a problem because in my free time I go out with friends or we stay at home watching movies or listening to music.

Ali : now that I have found friends through « Langues de chat » I spend time with them !

Julia: Thanks to “Langues de Chat”, no! I met Sam (the British English assistant) on Facebook over the summer and when I arrived in Nevers she introduced me to Langues de Chat and the people she’d met since arriving. Through Langues de Chat and my teachers at both schools, I’ve discovered a lot of activities in Nevers: run clubs, concerts, literary festivals, and other social events.

Is it possible to pursue your hobbies here?

Sam: My hobbies are quite varied, so I find that I can pursue them almost anywhere. I enjoy meeting new people and learning about different languages and cultures, so “Langues de chat” is perfect for this, I also love cooking, which can be different sometimes as it can be hard to find spatiality ingredients in Nevers, compared to the UK. It has been from though to try and experiment with new foods.

Lena:  yes, because I play some instruments which I couldn’t bring Ce.g. a piano and it’s quite expensive to subscribe to sports club.

Christina : In general yes because one of my hobbies is running, something you can do anywhere, but I also find myself trying different things here.

Antonio : Not at all, fortunately  with my friends in Nevers I have great moments to read, travel and learn about culture.

Ali : It’s easy to take the train and travel which is greet, I love to hike and can go to « the Morvan »if i want to hike.

Julia: Absolutely. I’m a big runner and I find it very easy to run in Nevers as the city is relatively flat and there isn’t too much traffic. I’ve also met a lot of people who share my love of running, so I’ve always got a friend to run with. I also love writing and my light teaching schedule leaves me ample time to be creative and write about my experiences in France.

How did you find out about this opportunity, is it something popular in your countries?


Sam: I already knew about the British Council programme from my time at university. As a student of foreign languages, I had to spend a year working, studding or teaching in another country, so I had already taken part in the programme in Austria, this time I wanted to see how the experience was different in France.

Lena: I have a friend who did it before. For students who want to become a teacher it’s popular.

Christina: I study English and French to become a teacher and considering that I do not get to speak much French at the university, I started looking for opportunities to go to France without breaking the bank. A fellow student did this teaching assistant program a few years ago and introduced me to it. The rest is history.

Antonio : To become language assistant in France is a dream pursued by the most of French learners. However, it is an opportunity for future language teachers that compete for it. For this reason, international assistance is only widely recognised by teaching languages learners.

Ali: France and U.S have a partnership with CIEP that allows to American to be placed in France schools to teach English at all levels. It’s more and more popular to teach English abroad, not just in France.

Julia: The teaching program I applied to (TAPIF: Teaching Assistant Program In France) is pretty well known in the world of French studies in the US, although it may not be very well known outside of the academic sphere. I found out about the opportunity when I was in high school and one of my older sister’s friends (who went to the same university as I did) participated in the program. As I studied French in college, the TAPIF program was very well known in my university’s French department.


So how many of you had visited France before moving here?

Sam: I had been to France several times already, either as a trip or as part of school exchange. I also studied at the University of Poitiers in 2015 for a summer.

Lena: I leaved with a host family in “campagne” for 6 months when I was in high school and I also travelled to France before.

Christina : I spent a week in Paris and a weekend in Nancy – not nearly enough time in France if you ask me.

Ali: I studied in Dijon for 4 months in 2015 and I have travelled to France 3 other times as well.

Julia: I had studied abroad in Lyon during the fall of my third year of college (2015). I spent four months studying at Université Lumière Lyon 2 and Sciences Po, while living with a host family.

Did you speak French before and how long have you learned and is it necessary to speak it to go to another country?

Sam: In the UK French is the second language that we learn at school, so I had already started learning the language at 11/12. I don’t think it’s necessary to learn a language in order to travel because lots of people speak English, but I feel that it definitely helps a lot, because it must easier to integrate and truly get involved in daily life. I also believe that English/British people have a bad reputation when it comes to learning languages and I like to prove people wrong.


Lena: I learned French since 12 years and I also practiced a lot during my first time in France. For travelling, living in France! I think it’s really necessary to speak French.

Christina : I started learning French in school at the age of thirteen. After school I went to the United States for two years and stopped speaking French. I restarted in 2012 at the university but as I mentioned before, we do not speak the language very often. I am sure it is possible to use French in other countries, especially in former French colonies and in the French parts of Canada but apart from that English is usually the more useful language tool.

Antonio : Yes, I learnt French in my country 5 years before my experience in France. In Colombia it is necessary to be certified at least by the B1 level of proficiency in French.

Ali : yes, I studied French a little in high school  and more in college. I wouldn’t say it’s necessary to know the language before moving to a different country, but if you don’t  it hard !

Julia: I’ve been studying French for about 10 years, but it wasn’t until after I studied abroad that I really felt comfortable speaking the language. I do think that at least a basic understanding of the language is necessary to travel abroad because of daily activities like buying groceries, ordering at restaurants, and asking for directions that you may encounter.

Peux-tu, tout d’abord, nous décrire ton parcours ?


Sam : J’ai postulé auprès du British Council, où il fallait répondre à quelques questions (motivations, expériences, …) et envoyer des avis favorables de la part d’une de  mes professeurs. Une fois acceptée dans le programme, ma demande a été envoyée en France . J’ai été acceptée comme assistante de langues.

Lena : j’ai postulé au PAD en Allemagne où j’ai eu un RDV (interview) puis j’ai été acceptée.

Antonio : Brièvement, j’ai fait une licence en langues étrangères à Barranquilla, ma ville d’origine. J’ai consacré une grande partie de ma formation pédagogique  à l’enseignement du français comme langue étrangère, donc je me suis fait certifier dans cette langue et j’ai participé aussi à quelques projets pour la diffusion de la langue et de la culture francophones.

Ali : je viens de Boston aux Etats Unis ; j’ai étudié la langue anglaise et l’éducation primaire pour être enseignante dans une école primaire ; j’ai suivi quelques cours de français, j’ai décidé de rejoindre mon copain en France et continuer d’enseigner l’anglais aux enfants.

Julia : J’ai obtenu mon diplôme en mai (avec une licence en anglais et français) et ce programme est mon premier travail après la fac. J’aime les langues ; donc,  enseigner l’anglais en France est parfait pour moi.

En quoi consiste ton activité d’assistant (e)?

Sam : Travailler 12heures par semaine dans un ou plusieurs établissement, assister les professeurs dans les cours ou prendre en charge un groupe, encourager l’apprentissage la langue anglaise, faire découvrir la langue et la culture de mon pays.

Lena : travailler dans des écoles (primaires et collèges), assister les professeurs d’allemand  dans leurs cours, prendre en charge des petits groupes et enseigner de façon ludique.

Christina : Ça dépend des cours, des professeurs et des élèves. Mes activités sont diversifiées. Parfois je présente quelque chose au sujet de la culture ou la langue allemande (par ex. expressions idiomatiques, clichés, carnaval, Noël en Allemagne, villes allemandes, musiques etc.) ; je crée des dialogues / petites pièces avec quelques élèves ; je fais des enregistrements ; je fais de la conversation avec des élèves ; de temps en temps on joue à quelque chose en allemand comme le Memory ou le Tabou ; et j’assiste les professeurs dans leurs cours.

Antonio : J’accompagne les professeurs d’espagnol avec des activités attrayantes comme des jeux de rôles,  organisation de débats pour les plus expérimentés, activités ludiques pour les plus petits, tout cela en montrant mon pays et ma culture le plus possible.

Ali : je prépare des activités pour chaque classe chaque semaine et j’enseigne l’anglais.

Julia : J’aide les profs d’anglais au lycée et au collège en créant  des leçons supplémentaires au sujet de la langue anglaise et la culture américaine. Soit je reste dans la classe entière avec les profs, soit je travaille avec un petit groupe d’étudiants.

Selon toi, quelles sont les qualités pour être un bon assistant de langue ?

Sam : Etre passionné par la langue et la culture de son pays pour pouvoir transmettre cette passion aux autres (les élèves), avoir de la patience, être compréhensif et motivé .

Lena : être patient, aimer le travail avec des enfants !

Christina : Il faut être patient, motivé, ouvert à de nouvelles situations et à des mentalités différentes. Il faut aimer travailler avec les jeunes et il est nécessaire de bien connaître et aimer sa langue maternelle et sa propre culture pour qu’on puisse rendre les jeunes enthousiastes eux- aussi.

Antonio : Sans doute, un bon assistant de langue doit être une personne créative, spontanée, engagée à enseigner sa langue avec enthousiasme et surtout savoir transmettre le désir à l’apprendre.

Ali : il faut être patient, créatif et ouvert aux idées nouvelles. Parler  un peu français.

Julia : Pour être un bon assistant de langue, on doit être surtout créative. Je trouve que chaque étudiant a une façon unique d’apprendre ; donc, je dois varier mes leçons pour incorporer ces façons d’apprendre. On doit être aussi patient parce que les étudiants n’ont pas confiance en leur capacité à parler une langue étrangère.


Pourquoi as-tu décidé de partir en tant qu’assistant de langue ?

Sam : J’ai déjà participé à un autre programme en Autriche, je voulais faire une petite comparaison entre l’anglais des Autrichiens et celui des Français.

Lena : Je voulais faire quelque chose à l’étranger après la fin de mes études.

Christina : Comme assistant de langue je peux découvrir le système scolaire français en personne ainsi que la façon de vivre en France. Je vais travailler à l’école en Allemagne et c’est toujours avantageux de connaître des établissements différents pour qu’on puisse changer de perspectives. Je trouve également bien que le poste d’assistant de langue soit payé.

Antonio : Partir en France en tant qu’assistant de langue était l’occasion pour avoir une immersion linguistique enrichissante et payante. L’expérience pédagogique à l’étranger m’intéressait aussi donc je me suis lancé à l’aventure.

Ali : mon petit ami est français, je voulais le rejoindre et continuer d’améliorer mon niveau de français pour pouvoir enseigner.

Julia : J’aime la langue et la culture française et après avoir passé du temps à Lyon comme étudiante, j’ai voulu revenir en France pour améliorer mon français et visiter plus de pays. Je voulais être sûre de bien vouloir être une enseignante et être assistante est une bonne introduction à la profession d’enseignant.

As-tu hésité avec d’autres programmes pour partir à l’étranger ?

Sam : non !

Lena : non ! Parce que j’avais déjà fait un semestre Erasmus et je voulais enseigner à l’étranger.

Christina : Pas vraiment parce que je veux devenir prof d’anglais et de français et être assistante de langue dans une école française m’aide beaucoup en ce qui concerne mon futur métier. De plus, on gagne un peu d’argent et on a assez de temps libre pour des voyages et des excursions.

Antonio : J’ai eu l’occasion d’essayer en premier avec l’assistant en France et heureusement ma candidature a été favorablement considérée.

Ali : non !

Julia : Non, si je n’avais pas participé au TAPIF (Teaching Assistant Program In France), j’aurais trouvé un autre emploi chez moi.

Quels sont les bénéfices de l’assistanat ?

Sam : Avoir du temps libre pour voyager et découvrir le pays, gagner de l’expérience, apprendre des langues étrangères.

Lena : on ne travaille pas beaucoup, donc on a le temps de voyager, de rencontrer des gens.

Christina : On peut plus facilement améliorer son niveau de langue dans un cadre authentique. On peut rencontrer des gens sympas et même se faire des amis. On peut approfondir ses connaissances du pays étranger, de sa culture, de ses traditions et de la mentalité et de la façon de vivre de ses habitants.

Antonio : C’est une opportunité de valoriser son profil professionnel en ayant une expérience culturelle et personnelle comme aucune autre.

Ali : les assistants de langues travaillent à mi-temps donc ils ont plus de temps pour aller découvrir le pays et faire des rencontres

Julia : On ne travaille que 12 heures chaque semaine, donc ça nous laisse assez de temps pour découvrir la ville, rencontrer des Français, et bien sûr voyager pendant les week-ends ainsi que pendant les vacances scolaires. J’ai eu aussi de la chance avec mon appartement à l’internat : c’est près de l’école où je travaille et le loyer n’est pas très cher.

As-tu des conseils à donner à ceux qui seraient tentés par l’expérience ?

Sam : Ça vaut la peine d’essayer, c’est quelque chose de très individuel.

Lena : essayez-le ! C’est une superbe opportunité pour améliorer, apprendre les langues et aussi faire des rencontres intéressantes.

Christina : Faites-le ! Ça vaut la peine de sortir de sa zone de confort.

Antonio : J’invite à se lancer à essayer toutes les expériences qui impliquent l’opportunité d’apprendre sur soi-même et sa propre culture. C’est très enrichissante de partir à l’étranger, et l’assistanat en France, c’est l’occasion idéale.

Ali : n’ayez pas peur de travailler avec les enfants !

Partir à l’étranger vous permet d’apprendre beaucoup de nouvelles choses, rencontrer beaucoup de monde et  améliorer votre niveau de langue. Partir en tant qu’assistant de langue est génial, ça vous laisse beaucoup de temps libre pour voyager (si vous faites des économies).

Julia : Vous n’allez pas le regretter ! Vous allez apprendre beaucoup de choses à propos de la culture et le quotidien et vous allez aussi rencontrer de bons amis. Je vous recommande de passer du temps à l’étranger pour sortir de votre zone de confort surtout si vous n’êtes pas sûr de ce que vous voulez  faire comme travail dans l’avenir.