Partage d’expérience de SVE: Lucie en Turquie

Au début de mai on a envoyé une jeune Nivernaise à Turquie. Elle s’appelle Lucie et elle passera 2 mois à Sinop. Nous avions décidé de demander comment est la vie en Turquie et ses impressions.

Mon voyage à Sinop commence plutôt bien pour moi. Pour commencer, l’avion. C’était la première fois que je le prenais. J’ai trouvé ça génial, la sensation, les paysages, être au-dessus des nuages… Bref, fantastique !

À mon arrivée à l’aéroport d’Istanbul, un couple m’a aidée à trouver mon chemin pour reprendre mes valises, mais ensuite ils devaient repartir. Alors je me suis retrouvée toute seule. J’étais un peu perdue car l’aéroport est IMMENSE, je ne savais pas où je devais enregistrer mes bagages pour mon second vol le lendemain, qui était à 8h05, et je n’arrivais pas à avoir la wifi pour prévenir mes proches qu’à part ça, tout allait bien. J’étais donc un peu paniquée. Je pense qu’à mon comportement cela s’est vu, car un agent de sécurité, Oğuz, est venu vers moi, et m’a demandé ce que je cherchais, ce que je voulais. Le problème: mon niveau d’anglais, pitoyable ! Alors on a essayé de se comprendre avec ”google traduction” (merci la technologie), et grâce à lui, j’ai pu avoir la wifi avec la partage de connexion. Quand je réussi à lui faire comprendre que je devais dormir à l’aéroport pour prendre mon prochain vol qui n’était que le lendemain, il a refusé de me laisser seule. Je suis donc restée avec lui. Après son travail, on a été boire un café, pas loin, et on a essayé de discuter un peu. Ensuite, il m’a emmenée dans un hôtel à côté de l’aéroport, pour que je puisse dormir correctement, il m’a dit qu’il viendrait me chercher le lendemain matin à 6h, qu’il m’accompagnerait pour prendre mon vol. En effet, il est venu. Je suis restée avec lui et ses collègues. Les minutes passaient et j’étais stressée car j’avais peur de louper mon avion pour Sinop. 7h50, on commençait tout juste à aller pour enregistrer mes bagages. Mais ce que je n’avais pas pensé, c’est que oui, comme il travaille à l’aéroport, il m’a fait passer devant tout le monde. Je n’ai pas eu besoin de faire la queue, c’était plutôt cool. On s’est dit au revoir, et hop, j’étais dans l’avion.

A mon arrivée à Sinop, Irem m’attendait avec un grand sourire, elle était contente de me rencontrer. Moi aussi, mais je ne savais pas comment lui dire vraiment, eh oui, mon anglais est vraiment médiocre… Elle m’a emmenée dans l’appartement où je serai en collocation avec les autres volontaires (Polonais, Portugaise). Je suis tout de suite allée me coucher car j’étais fatiguée.

Le lendemain de mon arrivée à Sinop, j’ai pu faire connaissance des deux autres volontaires, Maks, un Polonais, et Claudia, une Portugaise. Tous deux parlent bien anglais. Maks vient deux mois pour le même projet que moi, Claudia vient deux mois aussi mais pour travailler avec des enfants. L’après-midi nous sommes allés à la banque pour qu’Irem nous rembourse nos billets d’avion, nous sommes ensuite allés au bureau où Maks et moi allons travailler, nous avons donc rencontré Arcan, un homme très sympa, qui nous a un peu expliqué ce que nous allions faire durant notre séjour.


Après ça, nous avons été boire un café et avons fait la connaissance de Fredi, c’est notre « mentor » (tuteur), c’est lui qui nous emmène dans quelques coins de Sinop, surtout dans des bar/restaurant, où on passe notre temps à parler, boire du thé ou du café, jouer à des jeux…On rigole bien!
Les jours suivants, nous avons pas mal visité, pris des photos, sommes retournés dans les cafés que Fredi nous a montrés, allés en courses pour cuisiner le soir ensemble quand nous ne mangeons pas à l’extérieur (car rien n’est cher ici), bref, la belle vie
Fredi joue dans une équipe de volley, on a pu aller voir un de ces matchs ensemble, accompagnés d’Iman, une quatrième volontaire qui reste à Sinop 6 mois. Elle est vétérinaire, a 26 ans, et vit en bas de chez nous ; nous sommes dans le même bâtiment. On a pu aller voir les petits chats qui venaient de naître chez elle dans son appartement, car elle a en garde une chatte qu’ils ont trouvée dans la rue, et qui était enceinte… Trop mignons les bébés !
À partir d’aujourd’hui, nous commençons le travail avec Maks, je ne sais pas par quoi nous allons commencer…