“Une expérience en plus” – le stage pratique d’Hannah

La semaine dernier nous avons rencontrer avec Hannah dans le Centre Social Accords de Loire, où elle a fait son BAFA.  Hannah (19), qui vient d’Allemagne, fait son service volontaire européen ici à Nevers. Elle travaille la plupart de son temps avec des enfants – elle propose des activités aux enfants et elle les accompagne pendant les temps périscolaires.
Donc nous avons lui poser quelques questions par rapport à son stage.

Tu as commencée par un stage théorique et puis ensuite par un stage pratique. Quelles différences a-t-il entre ces deux stages?

Justement le premier stage ce n’était que la théorie, nous avons appris les bases. Maintenant c’est le stage pratique qui dure 14 jours, que je vais effectuer en deux temps.
Le deuxième stage c’est pour avoir des expériences pratiques avec les enfants.

Comment se passent vos journées ici ?

Nous commençons à 08h30, et jusqu’à 9h les enfants arrivent. À 9h nous jouons tranquillement et les enfants sont libres de jouer ce qu’ils veulent.
À 10h00 nous prenons le goûter et ensuite nous commençons une activité soit manuelle ou sportive.

© Merilin Metsamaa

Un exemple d’activités, que tu as organisée avec les enfants?

Ce n’est pas moi qui a organisée les activités, je suis juste là pour accompagner les animatrices dans les activités. Nous avons fait des activités manuelles avec de la pâte à sel, cuisiné des crêpes et nous avons aussi fait du coloriage.

Est ce qu’il y a une différence de relation entre les enfants en centre de loisir et ceux du périscolaire?

Pas forcément! Dans le centre de loisir ils sont petit, alors que les enfants du périscolaire sont plus âgés. En effet ils viennent de l’école primaire, donc c’est l’âge qui change.

© Merilin Metsamaa

Qu’est-ce que le stage ta apporter?

Des expériences avec les maternelles! Jusqu’à maintenant, je n’ai pas eu d’expérience avec les plus petits et du coup c’est intéressant de travailler avec eux, car c’est un rythme différent.

Vos perspectives d’avenir concernent-elle l’animation?

Ce n’est pas mon métier de base que je veux faire. À l’avenir, je veux aussi travailler avec les enfants! Je veux être maîtresse des écoles et du coup ça me donne une expérience en plus.

Avez-vous un conseil à donner au futur animateur?

Vous devriez aimer et écouter les enfants! Vous devriez être sérieux, rigoureux et patient aussi!

© Merilin Metsamaa

Nous avons aussi demander aux animatrices d’Accords de Loire pour leur avis et les pensées concernant Hannah, BAFA et SVE.
Rencontrer: 
Jamilia, qui est là depuis mi-octobre et Anaïs, qui a commencé au mois de janvier (mais avant elle faisait un Service civique).  Les deux sont en contrat d’avenir avec les enfants de 3 à 6 ans.

© Merilin Metsamaa

Est-ce la première fois que vous avez l’occasion de travailler avec quelqu’un qui n’a pas le français comme langue maternelle?

Anaïs: J’ai déjà travaillé avec Daniel, un ancien volontaire en SVE, qui venait de la Roumanie, donc j’ai eu un cas comme Hannah qui ne maîtrisait pas bien la langue française.

Jamilia: Non pas du tout, c’était ma première fois.

Anaïs et Sibane (stagiaire actuel) | © Merilin Metsamaa

Est-ce que la langue a était un frein pour l’animation?

Jamilia: Pas du tout! Hannah a très vite adapter aux enfants et les enfants aussi. Il n’y a pas eux de barrière, car elle parle très bien le français – ils ont su lui demander des choses.

Anaïs: Je ne pense pas que c’était un frein, du moment que c’est expliquer avec des modèles on peut s’en sortir. Hannah a su se faire comprendre, se faire respecter et se faire écouter. Donc, non, je ne pense pas qu’il y a eu de frein.

Est-ce qu’elle a apporté un plus a l’équipe?

Jamilia: Sur le fait d’échanger avec elle, j’ai posé des questions sur les différences avec la France et l’Allemagne. Pour les enfants ça leurs fait une personne en plus.
Et pour les activités elle a était d’un grand soutien, et quand on était occupé, Anaïs et moi, nous pouvons donnés la garde des enfants à Hannah.

Anaïs: Oui beaucoup! Déjà moralement – nous pouvons parler et échanger. Elle nous a aidée quand nous avons beaucoup d’enfants à relais les petites tâches ou de prendre le relaie sur certaine activité.

Jamilia et Sibane (stagiaire actuel) | © Merilin Metsamaa

Donc, après avoir travaillé avec Hannah, volontaire en SVE, êtes-vous intéressé à le faire un jour?

Jamilia: Pourquoi pas, après les 3 ans si je ne trouve pas d’emploi, ça sera un truc à tenter.

Anaïs: Non, ce n’est pas une chose que je tenterai car il faut déjà avoir le courage de quitter son pays son pays, et puis aller dans un pays où on ne maîtrise la langue, ce n’est pas quelque chose que je pourrai faire.

Animeriez-vous à l’étranger ?

Jamilia: Oui pourquoi pas, découvrir une autre culture, faire partager mes connaissance.

Anaïs: Ah non pas du tout, ça ma met jamais venu a l’esprit de le faire.

 

Nous les animatrices remercions pour l’entretien et leur souhaitons beaucoup de courage! Et peut-être un jour nous pouvons elles rencontrer encore!

Leave a Reply