Nevers est devenue une partie de ma vie

En janvier, une ancienne volontaire, Iryna, est venue à Nevers. Et bien sûr, nous lui avons posé quelques questions.

1. Souvent, en terminant leur projet SVE, des volontaires tombent en dépression. Est-ce que cela a été le cas pour toi?
Non, moi, je me suis engagée à une autre chose dès que j’ai terminé mon projet SVE. Je suis rentrée chez moi, en Ukraine, en été et je suis partie à nouveau en France le 28 août pour continuer mes études. Donc, je n’avais pas le temps d’être triste.

2. Qu’est-ce que tu fais maintenant, 6 mois après le projet?
Je suis en train de faire mes études en médiation interculturelle à Lille. En février, je repars, cette fois en Roumanie, pour mon deuxième semestre.

3. Comment le projet a-t-il influencé le choix que tu as fait pout ton avenir?
Lors du projet, j’ai commencé à m’intéresser encore plus aux affaires européennes. Je suis devenue plus assurée de mes capacités.

4. Est-ce que le projet t’a appris quelque chose? Est-ce que ce nouveau savoir-faire t’aide?
Oui, bien sûr. Tout d’abord, je suis plus habituée au système français et aux habitudes des Français. Par exemple, j’ai bien retenu qu’il ne faut pas espérer avoir possibilité d’acheter du pain le dimanche! De plus j’ai amélioré mon français. Je me sens plus libre en m’exprimant aujourd’hui. Cela n’a été pas le cas au début du mon projet.

5. Est-ce que tu as trouvé des nouveaux amis lors du ton projet? Si oui, est-ce que tu es toujours en contact avec eux? Comment?
Bien sûr! J’avais une très bonne responsable, Isabelle. Sa famille et elle me manquent trop. J’ai vu sa fille, Mathilde, deux fois quand elle était à Lille. Des fois,je parle avec Estelle sur Facebook. C’est une des meilleures inventions de 21eme siècle, c’est sûr! Je parle souvent aussi avec Sona et Fabrice. Je suis toujours en très bonnes relations avec Clarissa et Jacob, deux professeurs d’anglais, ainsi que avec Mely, une jeune stagiaire. Eléonore me manque aussi énormément, même qu’on ne parle pas trop! J’ai rencontré des gens géniaux, je veux trop les revoir un jour! Et cette année les volontaires sont très bien, j’en suis sûre. Je suis très contente de les rencontrer.

6. Est-ce qu’il y a quelque chose qui te manque de Nevers?
La Loire, la place Carnot, la Mairie, le Palais Ducal! Nevers est une ville très petite, mais très accueillante et chaleureuse.  Elle est devenue une partie de ma vie, c’est sûr!

7. Qu’est-ce que tu aurais changé si tu avais pu recommencer le projet?
Rien. Tout ce que j’ai fait, c’est mon expérience. Les réussites, les échecs. Cela fait l’expérience. Cela rend plus fort.

8. Quel conseil donnerais-tu aux futurs volontaires?
De ne pas avoir peur de découvrir le monde. D’être plus ouvert et se challenger chaque jour de la vie.

Leave a Reply