L’interview du BIJ 58 avec la volontaire européenne à la Ville de Nevers

Depuis septembre 2011, la Ville de Nevers participe activement au programme « Service volontaire européen » (SVE), qui depuis 2014 est une partie d’Erasmus+. Après avoir accueilli une jeune Italienne et une jeune Allemande, la Ville accueille pour cette année scolaire une volontaire lituanienne. La Ville de Nevers a par ailleurs aidé à partir en SVE un jeune pour 10 mois en Roumanie, une jeune Neversoise pour 6 mois en Islande et actuellement, elle a un jeune volontaire à Cracovie, en Pologne.

Anaïs, du Bureau Information Jeunesse de la Nièvre (BIJ 58) , a décidé d’échanger avec l’actuelle volontaire de la Ville de Nevers Jovita Uždavinytė au sujet du programme SVE, du travail et de la vie à l’étranger et vous propose ainsi son interview.

Anaïs : Bonjour Jovita, tu es en SVE à Nevers depuis le mois de Septembre 2013, peux-tu nous expliquer ce qu’est le SVE ?

Jovita  : Bonjour Anaïs, oui, le SVE est un programme pour les jeunes européens entre 17 et 30 ans. Il permet de gagner de l’expérience interculturelle et professionnelle à la fois. Le SVE a pour l’objectif de favoriser la participation des jeunes à diverses formes d’activités de volontariat, tant au sein qu’à l’extérieur de l’Union européenne, dans les domaines, par exemple, de l’art et la culture, du social, de l’environnement et de la protection du patrimoine, des médias et de l’information des jeunes contre les exclusions, du racisme et de la xénophobie, de la santé, de l’économie solidaire, du sport, de la diversité culturelle, de l’avenir de l’Europe… Le volontaire participe individuellement ou collectivement à une activité volontaire pour une durée de 2 semaines à 1 an. C’est une belle occasion pour découvrir une autre culture, une autre langue, une autre population et étendre son réseau.

Anaïs : Comment as-tu connu le SVE ?

Jovita : Quand j’étais dans mes études Erasmus en République Tchèque, je suis tombée sous le charme de cette vie à l’étranger. A mon retour en Lituanie, j’ai voulu repartir dans un autre pays, j’ai donc cherché d’autres programmes. Une amie m’a parlé du SVE, elle le connaît bien car elle est référente de l’organisation « AC Patria » en Lituanie et elle participe à la coordination des stages volontaires à l’étranger. Début septembre 2012, je suis à mon tour devenue référente, j’ai ainsi pu connaître tous les dispositifs existants, dont le SVE, et ainsi chercher mon projet.

Anaïs : Pourquoi as-tu décidé de postuler à la Ville de Nevers pour ton SVE ?

Jovita : J’ai voulu partir dans un pays où l’on parle français et j’ai aussi voulu travailler dans le domaine de la jeunesse ou de la politique européenne. J’ai posé 5 candidatures pour des projets SVE : 3 en France et 2 dans des pays d’Afrique du Nord. Finalement, la Ville de Nevers m’a choisie. J’ai été très chanceuse car j’ai posé seulement 5 candidatures. Je connais des personnes qui ont envoyé près de 100 lettres avant de trouver leur projet !

Anaïs : Parle-nous de ton projet ? Qu’est-ce-que tu fais ?

Jovita : Mon projet à la ville de Nevers s’appelle « La Mobilité de la Jeunesse ». La première partie de ce projet est l’information jeunesse sur tous les programmes possibles en matière de mobilité, par exemple, le SVE, les stages et le travail à l’étranger. L’autre partie est la promotion de l’envie d’apprendre sur les autres cultures, c’est très large. En ce qui me concerne, j’ai déjà organisé une session d’information sur le SVE lors de rencontres avec des jeunes d’Algérie et d’Inde à Nevers en décembre dernier. En 2014, d’autres événements du même type sont prévus.

Anaïs  : Comment trouves-tu la vie à Nevers ?

Jovita : J’aime Nevers bien que ma vie ici soit très différente de celle en Lituanie. Mais les gens sont très gentils et détendus en France. Aussi, j’apprends la langue et la culture française. J’aime beaucoup la nourriture et les danses traditionnelles par exemple. Chaque jour, j’essaye de nouveaux repas, la cuisine française est très riche, c’est réellement de l’art ! Je marche beaucoup dans les rues de Nevers, la Loire est très jolie. Enfin, les personnes que je rencontre ou que je connais ici me demandent souvent de leur parler de la Lituanie, ou bien en lituanien, de la vie, de la nourriture, de la musique….. c’est valorisant, j’aime ces rapports humains !

Anaïs  : Que conseilles-tu aux jeunes Bourguignons qui veulent aller à l’étranger ?

Jovita : Ne pas avoir peur de partir et tout mettre en œuvre pour y arriver ! Souvent, les jeunes ont peur de parler une langue étrangère ou de vivre séparément de leur famille, mais je propose juste d’être confiant et d’essayer et je vous promets qu’il vous sera ensuite impossible d’arrêter de vouloir partir à l’étranger ! Aussi, suivre ses rêves, c’est très important ; il y a beaucoup d’opportunités dans la vie et il ne faut surtout pas hésiter à les saisir. Alors, partez ! Partez ! Bien sûr partez !

Anaïs : Merci Jovita pour cette interview.

L’interview originale : Information Jeunesse Bourgogne.

Leave a Reply