«J’ai dû porter des bottes de femmes pour participer à un festival en Russie!»

A l’occasion de la cinquième édition du festival international des contes de fées, du 27 au 29 mai, Rémy est parti à Kirov en Russie.

De nombreux représentants de pays comme l’Allemagne, l’Italie, la Grèce ainsi que des régions de la Russie, étaient présents pour mettre à l’honneur leurs personnages de contes préférés. Lors de ce festival, la bonne humeur était au rendez-vous puisque les participants ont dansé, chanté, échangé entre eux et fait des photos pour immortaliser l’instant!

Rémy était déguisé en Chat botté, costume qu’il a fabriqué lui-même, avec l’aide de sa mère, en récupérant des choses un peu partout, à l’exception du chapeau et de la fameuse paire de bottes qu’ils ont dû acheter d’occasion à une femme, puisque le modèle en question n’existe pas pour les hommes.

Rémy nous a confié que les costumes étaient tous aussi jolis les uns que les autres et que certains avaient été confectionnés de manière professionnelle pour se rendre de festivals en festivals ou pour des spectacles.

Selon lui, le costume ayant récolté le plus de succès était celui du représentant de la Finlande avec le dragon et la princesse : plutôt simple mais moderne, que les enfants ont beaucoup apprécié car le dragon tenait la princesse comme une poupée et cela donnait un air très vivant et magique.

Comme autre costume, Rémy repense au roi et à la reine des jeux d’échecs, pour lequel il souligne un beau travail de couture, comme pour tous les autres qui représentaient beaucoup de travail dans la recherche et la confection.

Rémy nous a raconté l’importance des contes en Russie, du folklore, des danses et des chants traditionnels. Ce qu’il a trouvé merveilleux, c’était la fascination des enfants et des parents devant la beauté des costumes. Il nous a expliqué que cela s’expliquait sûrement par le fait que les contes se transmettent oralement par le biais d’histoires ou de comptines.

Aussi, les Russes ont très bien reconnu son costume, ce qui montre que même les contes français sont connus. De plus, dans le bus après le festival, les gens chantaient encore et encore les chansons écoutées lors de cet évènement, à ne jamais s’en lasser.

Au total, Rémy a passé 10 jours en Russie, 5 jours à Kirov et 5 jours à Moscou. Il décrit Kirov comme étant une « petite ville » de 500 000 habitants, avec une architecture à la fois ancienne et relativement récente où on peut trouver quelques maisons du XVIème siècle en bois, de très belles églises, ainsi que des bâtiments de l’époque soviétique ou postsoviétique qui offrent des contrastes à la ville.

Il s’agit d’une  « petite ville » complètement en dehors des circuits touristiques traditionnels, et bien qu’elle soit sur le parcours du transsibérien, elle n’en est pas une étape.

Moscou, elle, est une ville gigantesque, la plus grande ville d’Europe, avec énormément de choses à faire et à voir : les nombreux monuments, les églises, les cathédrales, le kremlin, la place rouge, les parcs…

Les gens parlent très peu anglais, les jeunes un petit peu plus, alors il a fallu parler russe et Rémy a dû se remémorer ses souvenirs du lycée, lorsqu’il apprenait cette langue.

Rémy dit que nous voyons les Russes comme des gens froids mais il ne croit pas que cela soit vrai car selon lui, ceux qui souhaitent vraiment vous aider vont s’investir et vont tout faire pour essayer de se faire comprendre. Il souligne le très bon et chaleureux accueil dont il a bénéficié.

Une chose l’a impressionné : la durée du jour à cette époque en Russie. Lorsqu’il est arrivé à l’aéroport de Kirov, à 2h du matin (heure locale), il a été très surpris par le ciel car le jour était en train de se lever.

Rémy souhaite à coup sûr repartir en Russie après son expérience et au vu des diverses choses qu’il y a à faire. Les Russes l’ont encouragé à visiter Saint Petersburg. Il souhaite découvrir l’intérieur des terres ainsi que la campagne et ses beaux endroits.

L’année prochaine, Rémy a pour ambition de faire un Service Volontaire Européen en Ukraine avec le YMCA local à Kiev, avec le projet de donner des cours de français et d’anglais. Il est en ce moment en attente de la réponse de l’Agence Erasmus+ France.

Attiré par les pays russophones, il a toujours aimé la culture russe et la langue, il parle d’une culture à la fois européenne et asiatique. Pour lui, tout est grand, on peut trouver des contrées presque désertiques et se promener dans Moscou qui est la plus grande ville d’Europe ; il voit alors cela comme une culture faite de paradoxes.

Enfin, Rémy remercie Katia actuellement en Service Volontaire Européen à la mairie de Nevers, et auparavant habitante de Kirov, sans qui il n’aurait pas pu vivre cette expérience!

Leave a Reply