Elisa EVEILLEAU : “Mon départ pour Vukovar en Croatie”

On peut dire que ce fut tout un périple d’arriver à Vukovar et que le voyage a été un peu plus stressant que prévu… Une chose en entraînant une autre, j’ai loupé mon avion à Paris lundi midi et ai dû passer la journée à l’aéroport pour en prendre un autre le soir. Ça a chamboulé pas mal de choses et j’ai du passer la nuit toute seule à Zagreb ce qui n’était pas prévu.

Quand je suis montée dans l’avion, le stress du départ en Croatie a été remplacé par celui du décollage et puis une fois dans les airs c’était fini : j’étais partie pour un long périple. Heureusement, je suis tombée sur des personnes très bienveillantes et chaleureuses, que ce soit le chauffeur de taxi à Zagreb, la réceptionniste de l’auberge de jeunesse où j’ai passé la nuit ou le conducteur du bus qui m’a emmenée à Vukovar le lendemain. Toutes ces personnes, en me voyant toute seule et perdue dans mon anglais plus qu’hésitant, ont eu envie de m’aider et m’ont confirmé ce qu’une de mes amies m’avait dit : les croates sont très accueillants.

Je suis finalement arrivée à Vukovar le mardi en fin d’après midi, j’avais hâte de rencontrer les autres volontaires et de découvrir la ville. Martina, membre de l’association Youth Peace Group Danube, m’attendait sur le quai de la gare routière et m’a conduite à la maison et je crois que je ne me suis jamais aussi vite acclimatée quelque part : il ne m’a fallu que quelques heures pour me sentir chez moi.

Tous les volontaires et moi vivons dans une grande maison avec un jardin donnant sur la rivière Vuka. Nous sommes à 2 minutes à pieds du centre ville de Vukovar, 5 minutes de l’association où nous travaillons, à 10 du Danube. Nous sommes 2 par chambre et partageons cuisine et salle de bain. C’est comme en colonie de vacances, on vit 24/24 ensemble, on partage tout et on est jamais tout seul.

En plus de ça, la richesse culturelle dans cette maison est à son comble. Pour le moment nous sommes 7 : Arantxa vient de Barcelone, Saray des îles Canaries, Natalia ma colocataire est polonaise et Petra, Sobi et Gergö sont hongrois. On attend encore 4 autres volontaires dont une italienne et un allemand. On a également tous des âges différents, de 18 à 27 ans, ce qui nous permet d’être très complémentaires. Mais au final, malgré toutes ces différences, on s’est tous extrêmement bien entendus dès le départ et au bout de 4 jours, on a déjà la sensation d’être comme une petite famille qui aurait décidé d’aller vivre 2 mois en Croatie.

En 5 jours, on a eu le temps de faire plein d’ateliers avec l’association, de visiter Vukovar, d’aller se baigner dans le Danube et d’aller passer une journée en Bosnie. Tous mes doutes et mes appréhension quand au fait de partir longtemps loin de chez moi ont été balayés, je me sens comme un poisson dans l’eau dans cette nouvelle vie à Vukovar !